Posts tagged ‘rancart’

Faire des moves

Bon, tout d’abord, blablabla, c’est le premier article de 2011, bonne et heureuse année, blablablablaaa.

Ceci étant dit, si vous êtes né dans les 80’s et que vous êtes une fille, il y a des chances que vous vous ayez été en contact avec une série-jeunesse qui s’appelait «Les premières fois». Vous souvenez-vous? Il y avait Bizi, la tomboy avec 152 frères, et Amanda, la blonde nounoune qui habitait avec sa maman et portait toujours du rose. (Okay, peut-être que mon souvenir est flou…)

Il y a un bon moment déjà (j’ai zéro assiduité pour mes articles, je le sais) (pis non, j’ai pas pris la résolution de l’être plus en 2011), je jasais avec Caro des premiers pas. Tsé, quand t’es pas trop sûr que tu dois faire un move; que t’as l’impression que si t’en fais pas, tu vas avoir des remords, et que si t’en fais un, tu vas peut-être le regretter. Comment savoir s’il faut en faire un ou non? J’aimerais ça vous le dire, mais au nombre de fois où je me suis planté, je suis pas certaine que je suis très bien placée pour formuler une théorie là-dessus. Pour citer approximativement Caro: «malheureusement, nos premiers pas sont souvent ceux titubant d’une fille en état d’ébriété». Caro et moi, on l’a l’affaire.

J’ai un ami qui (à chaque fois que je commence une phrase par ça, j’ai l’impression que je sonne comme si je parlais de moi-même) a la phobie des premiers pas; on va l’appeler Paul. Il semble que Paul n’aie pas trop de difficulté à demander à une fille pour sortir, toutefois, c’est après quelques dates que ça se gâte toujours pour lui. De son propre aveu, une fois qu’il commence à voir la fille régulièrement et qu’il se retrouve en situation de «t’es mieux de donner un petit coup avec ta canne sinon tu vas pas perdre le poisson», il choke systématiquement. Paul estime qu’au 21e siècle, ce n’est pas plus au gars qu’à la fille de faire un move.

Ça pourrait être tentant de lancer une réplique du genre: «hé qu’el’ monde devait être ben, dans l’temps que la galanterie existait, han!». Mais est-ce que c’est bien vrai? Est-ce qu’el’monde était vraiment ben?

Au XIIe siècle, les troubadours chantaient des poèmes à leurs prospectes en vantant l’importance du respect des chicks. À l’époque, ils estimaient qu’un chevalier devait, en toutes circonstances, être au service de sa dame.

Hoooon que c’est cuuuuuuute.

Mais el’monde s’en portait-tu mieux? Pô si sûre.

Toujours à la même époque, les conventions de la courtoisie (qu’on appelle aussi amour courtois) étaient bien ancrées au sein du code chevaleresque. Selon Wikipedia, a.k.a. la source la plus crédible du monde, ces conventions impliquent notamment que: «L’homme doit être au service de sa dame, à l’affût de ses désirs et lui rester inébranlable de fidélité. C’est un amour hors mariage, prude sinon chaste et totalement désintéressé, mais non platonique et ancré dans les sens et le corps autant que l’esprit et l’âme. L’amoureux, dévoué à sa dame était, normalement, d’un rang social inférieur, c’est un noble de première génération en passe de conquérir ses titres de chevalerie.»

Êtes-vous en train de vous imaginer Heath Ledger dans Chevalier, vous aussi?

Ça continue: «Le sentiment de l’amant est censé s’amplifier, son désir grandir et rester pourtant en partie inassouvi. Il s’adresse souvent à une femme inaccessible, lointaine ou d’un niveau social différent de celui du chevalier. Elle peut feindre l’indifférence. On nommait ce tourment, à la fois plaisant et douloureux joï (à ne pas confondre avec joie).»

Haha. Ça se gâte, hein? Gars qui cruise une fille, fille qui fait semblant de pas être intéressée, gros chaos, confusion, lecture du livre He’s just not that into you, trip-bouffe de chocolat, abonnement désespéré au gym, etc. On dirait bien que la vie des dudes et des chicks du XIIe siècle était pas si différente de la nôtre.

Un petit Finish him (okay, «finish him», vous pouvez juste la comprendre si vous avez joué à Mortal Kombat): «L’amour courtois prime en effet le mariage : une femme mariée peut ainsi laisser parler son cœur si elle est courtisée selon les règles précises de l’amour courtois.»

Alors, l’infidélité est permise, pour autant qu’elle est bien exécutée. Je sais pas pour vous, mais dans le fond, je me dis qu’on est peut-être pas si mal avec nos fausses petites angoisses de premiers pas.

Finalement, tout ça pour dire que des règles, pour les premiers pas, il n’y en a plus. C’est la loi de la jungle et la seule chose que je peux dire, c’est que quand on risque rien, on a rien. Après tout, la vie est courte. Je vous rappelle d’ailleurs qu’au moment d’écrire ces lignes, il ne vous reste qu’un peu plus de 700 petits jours pour faire un move sur votre prospect.

14 janvier 2011 at 4:49 7 commentaires

Amour et basket-ball (Rebound)

Je sais que je compare souvent l’amour avec le football, mais cette fois, je découvre que quand tf_org-love-and-basketball-freeon regarde trop la balle à gauche, on se fait souvent finter par la droite. Et c’est dans ces moments-là que notre adversaire se précipite au panier et au lieu de shooter, il fait rebondir violemment le ballon sur le board. Et ce qui doit arriver arrive: une fille sort de nulle part, prend le rebond et nous dunk par-dessus la tête pour compléter un alley-oop, oop, oops!

Je suis un rebound! Une autre affaire dont on n’avait pas besoin.  Qu’est-ce qu’un rebound? Un mot important à retenir, qu’on peut entrer au lexique pathétique officiel de Guy Whisperer.

Rebound (rebond): Une personne que l’on utilise pour réussir à passer à travers une rupture, qui nous sert à rebondir par-dessus une relation.

Eh oui! Guy Whisperer aussi peut se planter, et d’ailleurs, ça arrive souvent. Mais de cela, on en a déjà parlé.

Ironie agaçante, quand je jouais au basket, j’étais centre, et je détenais le record de la ligue en rebonds. Criss de basket à marde.

Anyways. J’imagine qu’il y a toujours un point positif à mes échecs incessants. J’ai découvert que quand je ne me fais pas chier, je n’ai pas d’inspiration pour écrire. Et quand j’écris, c’est souvent pour me venger (i.e. je crée des blogues). Hmm.

Guy Whisperer: 3, Les Gars: 2.  Ben quoi? J’ai peut-être perdu la bataille, mais j’ai pas perdu la guerre. Et ça vaut bien un trois points ça, non?

14 mars 2009 at 10:51 2 commentaires

Quoi porter? Édition «Première date»

Suite à plusieurs demandes (est-ce que deux, c’est considéré comme plusieurs? haha), je vous expose ma théorie sur les vêtements à porter pour un premier rancart. 

Après analyses, observations et maints calculs, j’en suis arrivée à la solution suivante:

La quantité de vêtements pendant une date est inversement proportionnelle au numéro de la date ainsi qu’à la quantité d’informations divulguées lors de la dite date.

Ainsi, plus vous avez eu de dates, plus vous avez la permission de vous dévoiler (la première fois, je vous suggère alors d’éviter les tenues rappelant le décolleté de J-Lo au Grammys en 2000 ou les légendaires pantalons de Brooke Hogan). C’est comme pour votre personnalité; je doute que vous allez discuter de votre fétiche pour les nains de jardin lors du premier rendez-vous. Personnellement, je garde ça pour le deuxième. 

Ceci étant dit, j’y vais quand même de quelques commentaires au hasard pour maximiser l’effet de la tenue du premier rendez-vous.

  1. Les filles ont souvent tendance à s’habiller pour impressionner les autres filles et non les gars. C’est bien de suivre les tendances mode à la minute près, mais si vous ne pensez jamais un tantinet «sexy», vous n’avez pas le droit de vous lamenter que vous êtes célibataire.
     
  2. Les gars ne voient pas les marques de vêtements comme les filles et surtout, ne voient pas la différence entre un soulier à 300 dollars et un soulier à 30. Tout ce qu’ils voient, c’est un talon haut.
     
  3. Pensez confort; si vous passez la soirée à vous demander de quoi vous avez l’air, ça paraîtra. Et si j’étais un gars, je trouverais ça vraiment déprimant.
     
  4. Côté maquillage, essayez simplement de ne pas avoir l’air de ÇA
J’espère que ces petites pensées vous orienteront davantage vers cette quête du kit parfait. J’essaie de trouver une comparaison pour faire miroiter le degré de difficulté de l’aventure, mais la seule chose à laquelle je pense, c’est à Frodon et son maudit anneau. Sinon, il y aurait peut-être l’Odyssée d’Homère, mais j’ai toujours été mal à l’aise avec l’idée que Pénélope n’a jamais décroché d’Ulysse. Get a life, girl!
 
Et pour celles qui sont comme moi et qui n’ont pas de temps à perdre, je vous offre une version simplifiée de l’article (oui elle est à la fin; vous avez tout lu le reste pour rien!):
 
Conclusion expéditive plus simple que du Kraft Dinner: jeans, talons hauts, décolleté pas trop plongeant mais qui donne l’impression au gars qu’il en voit plus qu’il serait sensé en voir. 
 
D’autres questions?

11 septembre 2008 at 9:34 1 commentaire


Première fois ici ?

Commencez par le commencement. Rendez-vous dans les archives, le 19 août 2008.

Articles récents

Les moins pire aimés

Archives

juin 2017
L M M J V S D
« Avr    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 13 autres abonnés